KELVIN AGENTK

Développement – Economie – Gouvernance du point de vue d'un jeune africain

Ce que nous voulons et ce dont nous avons besoin

Laissez-moi commencer cet article avec une petite anecdote. Quand j’étais beaucoup plus jeune, à chacun de mes anniversaires, je demandais un vélo ou un jeu vidéo. Je ne les recevais jamais mais mes parents se débrouillaient pour m’organiser une petite fête en famille avec des livres de lecture et des manuels scolaires. J’aimais ces derniers mais ce que je voulais, c’était un vélo ou la « Game boy » (ceux qui l’avaient se la racontaient à tout bout de chant). J’en ai toujours voulu à mes parents jusqu’à hier, parce qu’hier, j’ai arrêté de leur en vouloir et je m’en vais vous expliquer pourquoi.

Permettez-moi de vous raconter cette petite et vraie histoire que j’ai vécu il y a peu de temps. J’étais à une rencontre privée où étaient assis des décideurs de mon pays. J’étais assis derrière, écoutant et prenant des notes comme un bon élève à qui on avait donné des devoirs à faire. J’étais sur le point de les harceler de questions quand l’une des personnes présentes à pris la parole. Il disait ceci à un de nos ministres : « Monsieur le ministre, nous sommes en 2019 et ce n’est pas acceptable que des pays comme le vôtre soient encore à la traîne en matière de technologie. Vous ne devez d’ailleurs plus traîner des papiers alors qu’avec une tablette, vous pouvez tout avoir. Il en est de même pour votre pays; digitalisez vos institutions, rendez les technologies de l’information et de la communication (TIC) disponibles pour tout le monde. Ceci est très important… »

Il continua son argumentaire pour expliquer toute l’importance des TIC dans l’économie d’un pays quand notre ministre lui répondit : « Sachez monsieur que nous sommes parfaitement au courant de l’importance des nouvelles technologies dans l’économie de notre pays et pour illustrer la place que nous accordons au TIC, nous avons un ministère qui s’en occupe uniquement. Toutefois, notre priorité actuelle, c’est de fournir de l’eau potable à tous les citoyens du pays… »

Ces deux histoires m’amènent à vous poser une question : Ce qu’on veut est-il toujours ce dont on a besoin ? Apprêtez-vous à rentrer dans le vif du sujet. Bon voyage 🙂

1- Ce que nous voulons

Si je prend un enfant de moins de 15 ans dans une grande ville et que je lui demandais ce qu’il voudrait comme cadeau là maintenant, je suis sûr qu’il me dira de lui donner un vélo, une Play station 4, un téléphone portable, un ordinateur ou quelque chose de la même trempe. Par contre, si je posais la même question à un enfant de mon village, il dira qu’il veut un cahier (pas à coup sûr mais ils demandent ça), des vêtements pour une fête, des biscuits, de l’eau potable, des médicaments ou des choses de la même catégorie. Ce qui est sûr, il demanderait quelque chose de différent à ce que l’enfant de la ville a demandé. C’est la preuve que les besoins et les priorités changent d’un milieu à un autre. Évidemment n’est-ce pas ?

Imaginez un instant des enfants qui meurent de soifs et de soins de santé inadéquat dans le nord du pays alors que dans le même pays, au sud, des gens militent et blâment le gouvernement parce qu’ils n’ont pas accès à une bonne connexion internet à tous les coins de rue. Prenez juste un instant et imaginez.

Qu’en pensez-vous ? Est-ce que les gens du sud ont raison ? Peut-être que oui, peut-être que non ; c’est à vous de choisir votre réponse. Mais avant toute chose, dites-moi quelque chose : dans un pays, les droits et les acquis ne devraient pas être les mêmes ? Quel est votre avis sur l’égalité des droits ?

2- Ce que j’en dis

En aucun cas je ne cherche à protéger un état d’un manquement à ses responsabilités. C’est juste un point que je souligne et une opinion que je donne.

1- Que les personnes concernées par un problème dans un milieu donné trouve eux-mêmes des solutions à leur problème.

Vous ne vous attendez peut-être pas à cette solution mais c’est tout à fait ce que je pense. En Afrique francophone, pour ce que je sais, nous sommes des militants pour la politique de la main tendue. Il faut toujours que quelqu’un à l’extérieur de notre localité vienne nous aider, viennent nous faire des dons. Dans cet environnement où les gens ont l’air de ne pas vouloir un changement pour leur communauté, c’est difficile pour des têtes pensantes de réfléchir à la prospérité de la communauté. Et bien, c’est dommage pour vous ! Ce n’est pas comme ça qu’on grandit en tant que communauté où pays. Si vous avez besoin de connexion internet et que le gouvernement n’est pas en mesure de vous la fournir, convainquez des partenaires privés, regroupez-vous pour installer des réseaux et trouvez des alternatives intéressantes pour chacun de vos problèmes. Il y a toujours un moyen légal en parallèle à la voie officielle pour arriver à bout de ses projets. Personne ne me dira que les têtes pour trouver ces solutions n’existent pas. Ne sous-estimez jamais un Africain qui a besoin de quelque chose pour sa survie.
Au lieu et en plus de trouver des solutions pour sa communauté, vous pouvez aider votre gouvernement à fournir l’eau potable et les services primaires à d’autres communautés dans le monde. Encore faut-il que ce gouvernement fasse des efforts pour vous inspirer confiance.

L’idéal serait un peuple fort derrière un gouvernement ambitieux.

3-Ce dont nous avons besoin

Sans réfléchir, je vous dirai qu’on a besoin d’une bonne gouvernance. Nous avons besoin d’une administration immaculée de toute corruption, des fonctionnaires compétents et un système politico-administratif transparent.
Ensuite nous avons besoin d’eaux potables, de nourriture saine, de la santé, d’éducation, d’infrastructures, de droits à l’information et à la communication, mais avant tout, ce dont on a besoin est là sécurité.

Tous nos besoins sont les mêmes, selon la progression des milieux.Que nos dirigeants sachent nous expliquer leur but pour le pays et nous aide à reconnaître notre participation dans son développement.

Ce que nous avons déjà.

Nous avons une jeunesse pleine d’espoir, d’énergie et d’optimisme. Nous avons des cerveaux qui pensent, qui pondent de très bonnes idées (généralement des idées salvatrices) mais qui ne voudront jamais parler de peur de disparaître sous la paperasse. Nous avons un capital humain hors du commun ; il ne demande qu’à être orienté, qu’à être préparé. Nous avons des personnes qui pensent à bien que nos gouvernants doivent voir au delà de leur mandat. Notre plus grande richesse, c’est toutes ces personnes qui ont des ambitions potables et réalisables pour leur pays et leur continent.

Nous voulons que des personnes qualifiées et informées se réunissent pour penser chacun de leur pays sur 50 à 100 ans ; pour prévoir et anticiper les prochaines crises, les prochaines famines, pour avoir des plans de secours, des alternatives.

Un pays a beau avoir tout l’or de ce monde, tout le Cobalt, tout le pétrole de la terre, tant que sa vision n’est pas structurée et transparente pour les prochaines décennies, ce pays n’ira pas assez loin dans son développement.
L’Afrique n’a pas besoin d’un autre forum sur son potentiels inexploité, elle a besoin d’ateliers sur les stratégies respectives de chaque pays pour qu’elle soit elle aussi dans la course.

«Le gouvernement, c’est quelques personnes, le peuple c’est des millions de personnes. À un moment, il faut savoir qui est au service de l’autre.»

Je suis Agentk et si vous voulez qu’on discute de ma stratégie pour le développement de mon pays et pour l’Afrique, contactez-moi. Je connais des personnes très talentueuses qui ne veulent qu’aider. Ils sont du #Blog4Dev et méditent tout le temps #AfricaCan.

Je vous remercie de m’avoir lu. Voulez-vous bien me faire plaisir? Laissez-moi un commentaire et abonnez-vous à ma newletters. Cela ne vous prendra qu’une minute. Ciaaao !

Kelvin

6 réflexions sur « Ce que nous voulons et ce dont nous avons besoin »

  1. Very true bro but i think what we should not do in our quest to be proactive is allow governments to be complacent just because the populace is taking initiative. The proactiveness should come from both the people and governments

    1. I agree. What i want to add is that the government has his agenda and it does the action only when it is time to do. If we need something that government does not give us, we must find solution by ourselves. The government must try anyway. All depend to emergency. thanks bro for your comment.

  2. C’est très intéressant.
    Ton sujet est réussi.
    Il va falloir explorer à l’avenir les causes de notre mauvaise pensée , afin d’atteindre le puits de l’abcès

    1. Merci pour ton commentaire Ahouissou. Je prépare actuellement un article sur la question. Je me baserai sur mon expérience personnelle pour dire comment j’ai pu changer ma manière de voir les choses. Si je vois le développement d’un pays comme un concert, il convient que chacun des acteurs joue son rôle sinon ce ne sera qu’un concert de casserole.

  3. J’ai lu avec beaucoup d’intérêt ton article riche enseignement. Je te souhaite beaucoup de courage et de détermination pour la suite.

    1. Merci Jaber pour ton commentaire. J’espère continuer à partager mon opinion sur les questions qu’on se pose tous dans notre quotidien.

Répondre à AHOUISSOU Annuler la réponse.

Revenir en haut de page
%d blogueurs aiment cette page :