Toi et moi, c’est une longue histoire.
Pas une vielle comme tu sembles le faire croire,
Mais des moments qu’on continuera à vivre;
Il suffira juste que Dieu nous prête vie.

Je sais, je sais. Je ne suis qu’un homme
Et la légende dit qu’on a mêmes bornes.
Soit! Écoute et fais-toi y:
J’aime ta fille.
Pas d’un amour incertain
Non, plutôt d’une telle fougue que je m’en trouve anodin.

Je l’aimais depuis toujours en cachette.
Au crépuscule, je courrais la voir arriver au loin de ma fenêtre.
J’attendais jusqu’à ce qu’elle se montre,
Peu importe son humeur et sa position.

Ne tienne qu’à moi, s’aurait resté secret et éternel.
Il a fallu que son frère s’en mêle.
Ton fils, avec sa tête jaune et sa chaleur impitoyable,
Me donnant avec régale des douleurs insupportables;
Il ne s’abstenait jamais de m’enlever la grâce de sa soeur.
Mais dis lui toi ! Dis lui qu’entre hommes on s’entraide.

Si ton coeur est aussi grand que tu l’es, oh ciel,
Si ton humeur peut passer comme tes nuages, éphémère,
Tu pourras calmer ton fils soleil
Pour qu’il puisse me laisser voir lune sa soeur
Car on est copain, et entre copain, tout a goût miel.

Related Posts

4 Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :