L’exode numérique est la migration des utilisateurs de solutions numériques d’une plateforme numérique à une autre.

Depuis un certain temps, au Bénin, une vague d’activisme s’est fait remarqué autour de la taxation d’internet. Il s’agit du combat #TaxePasMesMo. Nous n’allons pas parler des raisons qui ont motivé cette taxation, mais plutôt de ce qui s’est passé durant ce laps de temps et des leçons qu’on peut en tirer.

La taxation de Internet au Bénin a principalement touché les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, Instragram, etc. et les applications de messagerie instantanées comme Whatsapp, Messenger.

Bien avant la mise en application des nouvelles taxes, des solutions alternatives étaient proposées en sourdine par certains acteurs du numérique béninois. Il s’agit des VPNs et l’utilisation d’autres applications comme Telegram, Wechat, bref toutes les applications de messagerie instantanée et les réseaux sociaux qui n’étaient pas encore touchés par cette taxe.

1- Il y aura toujours une solution alternative pour les addicts.

La première remarque que j’ai faite est que les utilisateurs de ces applications sont assez addicts. C’est un objectif atteint pour les entreprises constructrices de ces plateformes. Ils ont remarqué le besoin, conçu un produit dont on avait besoin, ils se sont imposé sur le marché et ont rendu leur utilisateurs dépendants de leurs services. Je salue les personnes qui ont eu cette brillante idée.

C’est à ce moment qu’on remarque l’utilité « ludique » ou pas des applications. Des personnes dans mon entourage immédiat avaient dépensé une petite fortune (la notion de fortune est relative hein) juste pour pouvoir mettre leur photo en statut Whatsapp et ce n’est que cet exemple que je donne. Dans la minute qui a suivi la mise en application des taxes, des centaines de contacts de mon répertoire ont rejoint d’autres applications. Ils en avaient besoin pour s’informer, s’amuser, communiquer, etc.

Le gouvernement a coupé un robinet et les utilisateurs sont allés chercher un forage plus loin. Qu’importe le moyen, ils doivent s’abreuver ; ils sont accro aux réseaux sociaux ; ils en ont besoin.

Kelvin Agentk

Quelque soit le produit ou le service, la leçon que j’invite à retenir ici, c’est la création de la satisfaction chez l’utilisateur… à condition bien entendu d’offrir un service sain qui en vaille la peine.

2- Les utilisateurs se nourrissent de nouveautés

J’ai vu des entreprises mettre la clé sous la porte parce qu’ils ne pouvaient pas s’adapter à l’appétit vorace de nouveautés de leur client. Le point commun des grandes entreprises de technologie est l’innovation. (Vous le savez sans doute). Pour l’étude que j’ai mené, les utilisateurs s’en foutent que ce soit telle ou telle entreprise qui conçoive le produit. Tout ce qui les intéresse, c’est un bon produit qui sort de l’ordinaire. D’autres entreprises entreront dans la danse après mais ce sont toujours les premiers à concevoir un produit innovant et complet qui raflent la mise. Le marché est cruel. Les consommateurs, tels des prédateurs sautent sur la première proie bien en chair qui est à leur portée.

Si vous avez une entreprise ou si vous voulez en créer une, posez-vous cette question : « Pourquoi mes futurs clients quitteraient mes concurrents pour utiliser mon service ou mon produit ? » A moins que vous ne soyez sur un terrain inexploré. Et ça encore, c’est une autre bataille qu’il faut mener.

3- L’exode numérique, cela aurait pu être chez vous

J’ai l’habitude de dire à mes amis acteurs du numérique qu’ils auraient pu profiter de cette exode. C’était une opportunité en or qui s’était présentée à eux. Ce qui me fait encore plus mal dans cette opportunité manquée, c’est que je les avais prévenue. Le trafic qu’a connu Telegram ces derniers jours est énorme. Imaginez que ce soit votre application qui ait enregistré ce trafic.

Je n’ai absolument rien contre Telegram ou une autre plateforme numérique. Toutefois, j’aurais aimé que ce soit une entreprise de chez moi qui en bénéficie parce qu’ils se plaignent souvent du marché africain qui est déjà conquit par les mastodontes américaines et européennes.

Je n’aborderai pas la question de logistique. Il s’agit d’opportunité et un bon leader l’aurait vu venir.

Actuellement je me suis mis au développement de plateformes numérique et je ne laisserai plus ce genre d’opportunité me passer au bout du nez (encore une fois).
Les grandes entreprises, c’est ce qui fait leur force. Elles sont présentes quand il le faut, au bon endroit.

Je vais m’en arrêter là pour le moment. Si vous avez aimé, laissez un commentaire, partagez autour de vous et n’hésitez pas à vous abonnez à la newletters pour rester informer de tous mes articles.

Related Posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :