Skip to content Skip to footer

Jour 50 : Alors la hanche ça va mieux ?

woman massaging leg with lotion in bedroom

Jour de fête. Tam Siiiiiii.

Je suis content qu’on soit le jour 50. Je ne vais pas vous parler de coups de marteaux aujourd’hui. Vous avez assez mal comme ça.

Alors que nous sommes à la moitié du chemin, j’ai demandé à mes fidèles lecteurs de proposer des thèmes sur lesquels je vais écrire dans les prochains jours. Comme d’habitude c’est parti dans tous les sens. J’ai reçu des messages sérieux et j’en ai reçu qui n’avaient pas de sens. On m’a demandé d’écrire par rapport à la constance/discipline. On m’a demandé d’écrire sur les « sauces » de Twitter. On m’a demandé d’écrire sur les stratégies marketing de la marque de biscuits OREO qui font qu’ils restent l’une des plus grandes encore existante. On m’a même demandé d’écrire sur mon premier coït. A cette dernière, j’ai répondu que je ne pouvais pas partager cette expérience. Mes parents m’ont dit de rester puceau jusqu’à mariage. Donc ne me demandez plus les choses que je ne sais pas (sauf si vous voulez payer pour du contenu exclusif).

Le thème d’aujourd’hui sera la constance. Comment on arrive à écrire tous les jours pendant 50 jours, sur différentes thématiques, avec assez de régularité et de discipline ? Je vais essayer de ne pas vous donner des réponses bateau.

Une raison

J’ai commencé ce challenge parce que mon compte Twitter a été suspendu et qu’il me fallait un endroit où crier et raconter ma vie. Je me suis rappelé que j’avais un blog pour lequel je dépensais plus de 100k par an et sur lequel je n’écrivais pas beaucoup. Quand bien même je savais que notre génération ne lisait plus beaucoup parce qu’on préfère les vidéos et les photos, je me disais qu’il restait quand même un public qui était prêt à consommer du contenu texte d’une qualité digeste, tant qu’il pouvait rigoler, apprendre et se détendre. C’est donc ce que j’essaie de faire depuis 50 jours. Je fais des recherches, je vous apprends quelques choses chaque jour.

La meilleure façon d’apprendre est d’enseigner.

Cet exercice d’écriture me permet d’en savoir plus sur beaucoup de sujets.

D’un autre côté, j’ai commencé ce challenge parce que je voulais commencer cette année en allant au bout de quelque chose. C’est pour cette même raison que je fais de la course d’endurance. Tout ne va pas bien dans ma vie, dans la vôtre non plus. On va tous mal selon le contexte. Être en mouvement me permet d’affronter les challenges de la vie en étant au moins échauffer. Si j’arrive au bout de ce challenge, rien ni personne ne pourra me dire que je ne pourrai pas finir en grand ce que j’ai commencé. Je me serais auto-motivé pour toute l’année. Si je n’arrive pas à finir les 100 jours de challenge, au moins j’aurais redynamisé mon blog, appris des choses, rappeler à tous les blogueurs béninois que moi je reste actif malgré tout, et j’aurai encouragé certaines personnes à commencer des challenges aussi. Au fond est-ce que j’aurais perdu quelque chose ?

Une discipline

Je crois que dans une ancienne vie j’étais moine ou militaire parce que la discipline est une des qualités humaines que j’admire chez les humains. Le plus dur ce n’est pas de commencer, le plus dur c’est de tenir sur la durée jusqu’à la fin. Depuis que j’ai commencé ce challenge je fais tout pour écrire l’article avant 00h. Même si je suis à une fête, même si je suis en voyage, même si je suis malade. Mes amis ne comprennent d’ailleurs pas pourquoi je m’inflige ça. C’est parce que l’indiscipline fait beaucoup plus mal dans la vie que l’assiduité et la discipline. J’ai un profond mépris pour les gens qui ne respectent pas les règles. Les gens qui réussissent sont sûrement des gens qui savent pourquoi ils se lèvent et qui font ce qu’il y a à faire. Pensez à la récompense. Pensez à comment vous serez accueilli quand vous réussirez. C’est trop facile de laisser tomber sans avoir tout donné.

Je profite de votre attention pour féliciter Jacques Noumonvi et son équipe du ACT pour avoir effectué leur challenge de pédaler de Cotonou jusqu’à Abidjan. Plus de 900 kilomètres de pédalage. Si vous trouvez que c’est pénible et long d’aller à Abidjan en Bus, imaginez ce que c’est que d’y aller à Vélo. Personne ne leur a ordonné de faire ça hein.

Si vous leur demandez leur motivation, ils vont aussi vous donner une réponse philosophique.

Si vous le pouvez, regardez le film Ascension de Ahmed Sylla. Le film est maintenant disponible sur Netflix.

« D’où je viens, il n’y a pas de seconde chance pour nous »

Une conclusion

Je sais que je suis encore loin du 100è jour. Honnêtement je suis autant surpris que vous de tenir. Si j’arrive à bout de ce challenge j’inviterai certains de mes plus fidèles lecteurs à dîner. Je fais ce challenge pour moi-même mais vous me donnez la force de continuer parce que vous lisez. Si vous n’étiez pas là, ce serait juste un gars de Togoudo en train d’écrire des articles que personne ne trouve assez intéressant à lire. L’un des messages les plus réconfortant que j’ai reçu jusqu’ici vient d’une amie qui ne parle pas Français et qui m’a dit qu’elle a commencé à apprendre le français avec Duolingo. Grâce à mes articles, elle peut s’exercer à lire et à comprendre. Elle a déjà lu tous les 49 articles écrits jusqu’ici. Je suis tellement content d’apprendre que mes contenus contribuent à diffuser la langue de Molière et à partager notre culture avec d’autres personnes. Le ministère de la culture devrait me payer pour mes services. D’ailleurs l’ambassade de France devrait aussi le faire.

Faites ce que vous voulez, lancez-vous un challenge. 10 jours, 30 jours, 50 jours ou 100 jours. Faites des choses dont vous serez fiers. Faites quelque chose qui vous rende actif et vous mette en mouvement. L’énergie vient du mouvement. L’énergie fait bouger le monde. Même si vous n’y arrivez pas, vous aurez tout donné. Buvez de l’eau, vous ne devez rien à personne. Ceci est le jour 50. 🎉🍾

Leave a comment

We Scan Gift

Scanne et tente de gagner un cadeau !