Si je dis données ouvertes – open data pour les plus anglophones d’entre nous- qu’est-ce que cela vous inspire ? Si vous avez l’esprit un peu inventif vous répondrez peut-être que c’est l’ensemble des données qu’on laisse ouvert. Malheureusement, vous savez comme moi que vous n’avez pas répondu à la question sinon que vous avez juste expliqué le mot par lui-même. J’étais peut-être comme vous il y a une semaine mais depuis le 09 mars 2019, ma vie a changé ; j’ai dormi ce soir-là en étant plus instruit. 09 mars 2019, qui avait-il ce jour ?

C’était surement le jour du mariage de quelqu’un mais pour moi et pour plusieurs personnes dans le monde, c’était le jour de la donnée ouverte de 2019 : Open Data Day 2019. C’est une grande rencontre au cours de laquelle on fait l’analyse et l’état des lieux de tout ce qui est facteur intervenant dans la production et l’accessibilité de la donnée. Comprenons avant d’aller plus loin que la donnée, c’est une information relevée par quelqu’un que se soit dans le cadre d’une étude ou d’une utilisation personnelle. Cette rencontre à lieu tous les 1er samedis du mois de mars ou les jours suivants avec l’appuie de la Fondation Open Knowledge International. Cliquez ici pour en savoir plus sur la fondation.

” La donnée, c’est toute information recueillie pour un but précis (une exploitation, une étude, etc) ” Maurice Tantan – Journaliste, Président de l’Association des Blogueurs du Bénin

Au Bénin, le Open Data Day s’est déroulé le 09 mars 2019 à Cotonou au laboratoire de fabrication (FabLab) numérique Blolab, premier FabLab du Bénin et à ma connaissance le plus fervent acteur de la démocratisation du numérique ouvert au Bénin. Cette rencontre est le fruit du travail et de la collaboration entre AfricArxiv et le Wasiup IotClub. Si vous ne savez pas c’est quoi un laboratoire et c’est quoi le Blolab, je vous invite à lire cette page. Ce jour et ce lieu ont donc été choisi pour célébrer le plus grand événement consacré à la donnée ouverte, c’est-à-dire à l’ensemble des informations que tout le monde, quelque soit son origine, son âge et son appartenance professionnel peut consulter, modifier, distribuer et surtout produire à son tour. Des acteurs clé de l’écosystème numérique du Bénin ont participé à cette cérémonie et ont même fait des formations. Il s’agit de Justin Sègbédji Ahinon co-fondateur de AfricArXiv, co-organisateur de l’Open Data Day 2019 à Cotonou, de Franck KOUYAMI, Président du Forum sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Bénin, et de Maurice Thantan, éditeur Web à l’Office des Radios et Télévisions du Bénin et président de l’Association des Blogueurs du Bénin.

Cette journée s’est fait riche en événements suivant le programme suivant.

Les transitions et les invitations à la paroles ont été animés par des formateurs du Blolab et cela a permis à chacun de suivre les activités et de participer aux différents débats. C’est Justin Sègbédji Ahinon, développeur WordPress et contributeur à l’ouverture de la donnée en Afrique, qui fit la première communication sur le thème: Science ouverte: Introduction, état des lieux et participation en Afrique francophone. Son intervention a suscité plusieurs interventions auxquelles il a donné réponse.

Selon Justin, l’Open (la science ouverte) veut que tout le monde puisse avoir accès à la connaissance mais également y contribuer parce que chacun, quelque soit son activité produit de la donnée.

Sa communication a été applaudit et à laisser place à la communication de Franck Kouyami de l’Agence Universitaire Francophone du Bénin qui est aussi président du Forum de la Gouvernance de l’Internet au Bénin (FGI Bénin). Il est intervenu sur la Promotion des données ouvertes au Bénin, quel rôle pour les  citoyens. Sa communication a attiré l’attention de chacun des participants surtout sur la participation et la responsabilité de chaque citoyen quant à la promotion des données ouvertes.  Voici quelques tweets illustrant sa communication.

Monsieur Franck Kouyami a par ailleurs précisé les caractéristiques que doivent avoir les données pour être qualifiées d’ouvertes. Elles sont dans la charte que voici:

La dernière communication est celle de Maurice Thantan, web journaliste et président de l’association des blogueurs du Bénin qui a parlé de Ressources éducatives libres et cas d’usage.

A la fin de ces différentes communications, il y a un un panel sur l’état des lieux en Afrique francophone de l’Open Science et de la Civitech. Ce panel a été l’occasion pour tous les participants de poser de nouvelles questions et d’en apprendre plus sur les données ouvertes et la science ouverte en Afrique, spécialement au Bénin.

C’est le moment de remercier tous les organisateurs de cette journée qui s’est déroulée dans plusieurs pays du monde. Cette journée a été pour moi un moment d’intense apprentissage et d’information. Je sais maintenant que plusieurs plateformes ouvertes existent dont Wikipédia et des milliers d’outils comme Ununtu, Arduino, Libre Office qui donnent la possibilité à tout le monde de profiter de la connaissance existante et d’en produire sans craindre des restrictions quelles que soient leur nature.

Je dirai avant de clôturer ce billet que pour les pays en voie de développement et même pour les pays développés, il faut se battre pour l’ouverte de la donnée, ouverture sans laquelle tout développement du secteur du numérique se verra freiner. Il faut que les universités et les institutions acceptent d’ouvrir les données à la population pour plus de clairvoyances, plus de transparence et plus de tolérance envers les détenteurs de ces données. Je vous invite à prendre le rendez-vous pour l’année prochaines mais avant, prenez la peine de donner votre avis si vous avez participé à cette journée quelque part dans le monde et à partager. C’est important que qui de droit sache que de telles cérémonies se font au Bénin. Je vous laisse sur ce dernier tweet et sur la photo de famille prise à la fin de la rencontre.

Related Posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :